Langues

Portrait du groupe Corbat

  • Grumes, sciages & emballages
  • Construction bois
  • Aménagements extérieurs
  • Traverses de chemin de fer
  • Pellets - Granulés de bois
  • Portrait du groupe Corbat
  • Shop On-Line
  • Left Menu

    Historique

     

    1930 – 1955 : L’abnégation d’un ambitieux menuisier

    En l’espace de quatre générations le patronyme CORBAT est devenu synonyme de savoir-faire dans le domaine de l’exploitation du bois. Depuis 1930 et la création d’une première scierie par Paul Corbat, notre mission demeure en effet inchangée : nous cherchons à valoriser de manière optimale et durable les essences issues de nos régions.

    Cette aventure industrielle et familiale à succès débute avec l’octroi d’un terrain de 2500 m2 par les autorités de Vendlincourt, commune septentrionale du Jura suisse, à notre ambitieux aïeul qui souhaite lancer des opérations de négoce et de sciage.

    En 1937 un important incendie réduit en cendres sa scie à cadre muni de poulies en bois ainsi que la circulaire à chariot. L’histoire aurait pu s’arrêter là mais Paul ne baisse pas les bras. Il acquiert des machines innovantes pour la production de sciages feuillus en plus de celle de charpentes.

    A cette époque, parce que l’économie est rationnée par la guerre, l’approvisionnement en grumes est laborieux. Les propriétaires privés accentuent leur soutien et contribuent à surmonter les difficultés d’une décennie dramatique, alors que la morosité ambiante se double d’un travail éprouvant.

    Le conflit terminé, le carnet de commandes de Paul s’étoffe. Il veut déplacer ses activités et se décide pour  l’emplacement où nos bâtiments se trouvent toujours aujourd’hui. Une grande halle de production sort de terre pour abriter deux lignes de sciages : une multiple et une horizontale. Différentes machines de reprise viennent compléter l’installation.

    A force de patience et d’abnégation, l’entreprise de Paul Corbat devient ainsi en 1947 la première scierie de feuillus de Suisse partiellement mécanisée.

     

     

     

     

     

    1956-1989 : De la petite scierie au consortium industriel

    Les décennies suivantes voient se concrétiser les aspirations de Paul. Les investissements successifs pérennisent son exploitation. La mécanisation des installations rationalise la fabrication des traverses, des plots, frises et avivés. La clientèle s’élargit. Les dosses elles-mêmes trouvent preneurs dans le secteur de la métallurgie.

    La construction d’une voie ferrée dès 1952 améliore grandement le transport ; tout comme la création de la scierie de Badevel deux ans auparavant autorise le sciage en France et le contournement légal de certaines barrières tarifaires.

    En parallèle à ces améliorations techniques et à l’internationalisation des échanges, Paul Corbat transmet ses valeurs et son expertise à deux de ses fils: André et Charles. Tous les deux travaillent déjà depuis quelques années à ses côtés, avant de reprendre une partie des activités dès 1955.

    Un nouvel incendie en 1965 détruit une grande partie des machines. Tout comme en 1937, on fait de la guigne une opportunité. De nouvelles acquisitions font des années suivantes une période marquée par une recherche constante d’optimisation afin de valoriser au mieux les grumes transformées.

    Le principe de Paul : « investir pour assainir » est appliqué aux établissements Röthlisberger à Glovelier que Charles et André reprennent en 1978. Ce rachat de l’un des trois chantiers d’imprégnation de Suisse diversifie encore davantage  les activités du groupe.

    En 1988, la petite scierie de Paul se transforme en une holding coiffant trois entreprises aux tâches diverses mais portées par une même philosophie.

     

     

     

     

     

    1990-2015 : Une troisième génération aux commandes

    Depuis 1981 Jean-Paul et Patrick épaulent leurs pères dans la conduite des affaires du groupe, qui traite 50'000 m3 de grumes par année et dégage un chiffre d’affaires d’environ 20 millions de francs.

    A la même période, les deux autres chantiers de créosotage en Suisse mettent la clé sous la porte. Les ETS Röthlisberger deviennent alors l’unique producteur de traverses finies dans le pays. Des investissements et adaptations sont impératifs pour faire face à l’usinage annuel de quelque 200 mille traverses et de milliers de châssis.

    Un autre défi intervient de manière inattendue : la maison Chapatte SA sise aux Breuleux dépose le bilan en 1997. La parqueterie absorbait une part importante des planches de bords sciés à Vendlincourt. Le groupe Corbat décide le maintien de la fabrication de parquets véritables en reprenant Chapatte SA. La modernisation de son équipement permet alors de retrouver un nouvel équilibre.

    Au début des années 2000, les quatre entités que compte désormais la Holding Corbat offrent de multiples débouchés au bois indigène et les synergies entre les entreprises sont nombreuses et les renforcent mutuellement.

    Le 75ème anniversaire en 2004 de la petite scierie de Paul se fait sous le signe de la modernité avec une mise à jour des installations de découpage et de triage qui offrent des solutions plus rationnelles qu’auparavant.

    Dès 2009, les sous-produits de nos activités trouvent une nouvelle utilisation en phase avec notre objectif d’exploitation optimale du bois de nos régions. La création de Pellets du Jura SA permet de produire sur notre site de Vendlincourt des granules constitués de deux tiers de bois feuillu et d’un tiers de bois résineux, sans aucun additif.

     

     

     

    2016 : Un avenir ouvert et de nouvelles ambitions

    La quatrième génération, incarnée par Benjamin et Gauthier, rejoint l’entreprise à un moment charnière pour le secteur industriel du bois suisse. Les coûts de production sont élevés, le taux de change particulièrement défavorable aux exportateurs de matières premières et la concurrence internationale s’accroît.

    Si la diversité des activités du Groupe Corbat fait sa force et que sa réputation dans le pays comme à l’étranger lui assurent des carnets de commande toujours importants, les facteurs humains et de production restent au cœur de son développement.

    De nouveaux débouchés pour le hêtre exigent d’en repenser l’utilisation, notamment dans le domaine en plein essor de la construction bois. En collaboration avec des partenaires forestiers, le projet Fagus Jura SA est lancé en 2014 avec pour but de faire de cette essence un matériau crédible pour le bâti et de trouver là encore les meilleures solutions pour une exploitation optimale du bois issu de nos forêts.

    Cet objectif est depuis bientôt un siècle notre raison d’être. La raison pour laquelle Paul a décidé la construction en 1930 d’une scierie aux côtés de sa petite menuiserie. Elle a fait le succès de notre groupe, permis d’exploiter durablement et avec respect nos forêts, favorisé les circuits courts et participé au maintien de places de travail local.

    Notre engagement pour la transformation rentable et durable d’un matériau local allié à son expertise multi-générationnelle projette le Groupe Corbat vers son centenaire avec une volonté inchangée.

     

    Paul Corbat

     

    Transport Grumes Corbat

     

    Halle Scierie Corbat 1947

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chantier de Grumes Corbat

    Voie ferroviaire Corbat

    Incendie scierie

     

     

     

     

    Chantier grumes Corbat

     

     

    Installations débitage Corbat

     

     

     

     

     

     

    Famille Corbat